Navigation et sécurité maritime

L’ENSEMBLE DES USAGERS DE LA MER A ETE CONCERTE POUR METTRE EN PLACE DES REGLES DE NAVIGATION ET UNE ORGANISATION DES SECOURS APPROPRIES.

Navigation et usages

 

La Grande Commission Nautique s’est réunie en 2015 pour mesurer l’impact du projet sur la sécurité maritime et émettre des recommandations sur les modalités de navigation et d’usages dans et aux abords du parc, qui seront in fine arrêtées par le Préfet maritime.

Elle a ainsi recommandé d’autoriser, à l’intérieur du parc, la circulation pour tout navire de taille inférieure à 25 mètres hors tout, excepté dans un rayon de 50 mètres autour de chaque éolienne et dans un rayon de 200 mètres autour du poste électrique. Les navires à passagers de moins de 50 mètres pourront s’approcher jusqu’à 500 mètres de la périphérie du parc. Les navires supérieurs à 50 mètres devront se maintenir à 2 nautiques (3,7 kilomètres) du parc.

Retrouvez l’intégralité de l’avis de la Grande Commission Nautique est à cette adresse : www.shom.fr/fileadmin/data/DMI/PLANS/Programmes_GHO/PV-CONCLUSIONS_FeuillePresence_GCN_ParcEolien_St-NAZAIRE_05.05.2015_vf.pdf

Sécurité Maritime

 

La gestion des risques maritimes lors du développement, la construction, l’exploitation et le démantèlement du parc éolien en mer de Saint Nazaire vise un triple objectif :

  • Atteindre un très haut standard de sécurité
  • Contribuer à réduire les risques et les contraintes pour les autres usagers de la zone
  • Participer à l’amélioration globale de la sécurité maritime dans la zone

Pour ce faire, le consortium échange très régulièrement depuis 2012 avec les acteurs de la sécurité maritime de la zone : Préfecture Maritime de l’Atlantique, CROSS Etel, stations de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) présentes dans la région du parc ( la Turballe, le Croisic et Pornichet), la capitainerie du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire, les pilotes de la Loire, etc.

Exercice de sauvetage en mer

La sécurité maritime est un point crucial dans le développement de projets de telle envergure. La filière étant nouvelle, il est nécessaire d’organiser des exercices de sauvetage en amont de la construction.

Ainsi, en mai 2017, des représentants des stations SNSM du Croisic et du Pornichet ont participé à l’exercice de sauvetage en mer ALBATREX piloté par EDF Renouvelables. C’était le premier exercice de sauvetage sur une structure liée à l’éolien en mer :  le mât de mesures de vent installé à 13 kilomètres au large de Fécamp.

L’exercice fut une réussite et a permis de tester les procédures de sécurité liées à l’exploitation du mât de mesures et d’exercer les moyens français du sauvetage en mer aux interventions d’urgence sur les installations des futurs parcs éoliens en mer, notamment celui de Saint-Nazaire (plus d’informations à cette adresse : http://parc-eolien-en-mer-de-saint-nazaire.fr/2017/06/09/un-exercice-de-securite-maritime-sur-le-mat-de-mesures/)

Sécurité aéronautique

La sécurité aérienne est également un enjeu important et a été pris en compte dès la conception du projet. Le consortium a ainsi collaboré avec les autorités de l’aviation civile et militaire et mis à contribution son expérience afin de faire évoluer les règles de balisage  qui assureront un haut niveau de sécurité aéronautique.

Ces règles ont été formalisées dans un arrêté du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire en date du 23 avril 2018 relatif au balisage des obstacles à la navigation aérienne.

Ainsi, conformément à la réglementation, pour le balisage de jour, les éoliennes constituant le pourtour du parc seront dotées de feux de balisage à éclats blancs de 20 000 candelas. Pour le balisage de nuit, seules les éoliennes situées aux coins du parc seront dotées de feux de balisage à éclats rouges de 2 000 candelas, toutes les autres éoliennes seront dotées de feux de balisage à éclats rouges de 200 candelas.  Cette nouvelle réglementation permet de réduire la luminosité du balisage depuis la côte tout en assurant un haut niveau de sécurité.