Édito

Dans ce nouveau numéro de notre lettre d’information, nous avons souhaité revenir avec vous sur les actions marquantes de l’année écoulée, mais aussi faire un point d’étape sur le projet.

Depuis 2008, l’ensemble de l’équipe du projet éolien en mer de Saint-Nazaire travaille quotidiennement au contact des acteurs du territoire ligérien afin de développer un projet qui, tout en répondant aux enjeux nationaux de développement des énergies renouvelables, soit exemplaire sur le plan environnemental, la cohabitation des usages et participe pleinement à l’économie locale.

En juillet dernier, l’autorisation accordée par le Préfet des Pays de la Loire a fait l’objet d’un recours en justice de la part de trois associations de riverains. Ce recours retarde de fait le début du chantier. Dans l’attente du jugement, qui sera rendu par la Cour administrative d’appel de Nantes, nous mettons à profit ce temps pour continuer le travail d’appel d’offres et de sélection des fournisseurs. Nous poursuivons également les échanges avec les acteurs du territoire, élus et associations.

L’avis de la commission d’enquête publique, rédigé en toute impartialité, a souligné la qualité du travail de développement, d’études et de concertation mené depuis près de 10 ans. Les choix techniques sur l’implantation des éoliennes, mais aussi les choix relatifs aux mesures environnementales, ont été effectués par des experts et en concertation avec les acteurs et représentants du territoire.

Dans cette lettre d’information, vous découvrirez également des images de l’installation au large du Rhode-Island du premier parc éolien en mer américain.

Les nacelles et les génératrices de ces éoliennes ont été construites par General Electric à Saint-Nazaire, c’est un symbole fort de la naissance d’une filière française des énergies marines renouvelables, dynamique, créatrice d’emplois en France et compétitive à l’export !

Olivier de La Laurencie

Directeur du projet éolien en mer de Saint-Nazaire

Toute l'équipe du projet est heureuse de vous présenter

ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année

Sciences participatives : les plongeurs amateurs contribuent à enrichir les connaissances environnementales du site

Depuis 2015, le projet éolien en mer de Saint-Nazaire collabore avec les plongeurs amateurs de la Fédération Française d'Etudes et de Sports Sous-Marins (FFESM). Les observations réalisées sur le site d’implantation du futur parc éolien contribuent à enrichir les connaissances environnementales.

Rencontre avec Laurence Le Roy et Laurent Dubost du Comité Inter-régional Bretagne Pays de la Loire de la Fédération Française d'Etudes et de Sports Sous-Marins

Comment est né ce projet de sciences collaboratives autour du projet éolien ?

Notre collaboration avec le projet éolien en mer de Saint-Nazaire a débuté lors des réunions de l’instance de concertation et du Débat Public de 2013. Nous souhaitions apporter notre expérience de « plongeurs-citoyens ». Suite à ces premiers échanges, nous avons souhaité aller plus loin et avons proposé la mise en place d’un cycle pluri-annuel de plongées d’observations sur site, réalisées par les plongeurs de notre Fédération.

En quoi consiste le programme mis en place ? 

Le protocole d’études que nous avons élaboré en collaboration avec deux bureaux d'études prévoit des observations sur plusieurs années, avant et après la construction du parc éolien afin de suivre l’évolution de la biodiversité du site. Même si nous tenons au caractère citoyen de la démarche, notre protocole suit une rigueur quasi-professionnelle.

Quand a débuté le programme et qu’avez-vous vu sur le site ?

Notre première plongée s’est déroulée à l’été 2015 et a permis d’identifier les différentes espèces présentes à trois endroits préalablement identifiés. Les plongées réalisées à l’été 2016 ont permis de poursuivre l'acquisition de données. L’analyse de ces observations, toujours en cours à ce jour, viendra compléter les études menées sur les fonds marins du site d’implantation du parc éolien.

Pourquoi répéter ce programme sur plusieurs années ?

La biodiversité peut varier de manière importante sur un même site d’une année sur l’autre en fonction de facteurs comme la météo ou les crues de la Loire. C’est pourquoi ce type d'observations s'enrichit et gagne en fiabilité par son renouvellement annuel, sur les mêmes lieux, à la même période, selon le même protocole.

Comment envisagez-vous la poursuite de ce programme ?

Nous souhaitons que les clubs de plongée locaux maintiennent leur participation dynamique et prennent le temps de rendre compte de leurs observations auprès des collectivités, des associations, etc. Nous souhaitons également développer des actions envers les écoles pour informer les enfants sur la biodiversité marine

Chantier : Une campagne de tests « au sec » pour préparer l’installation des fondations des éoliennes en mer.

De septembre à novembre 2016, l’équipe du projet a réalisé des tests d’installation de fondations sur le site d’une ancienne carrière dont les conditions de sol sont proches de celles du futur site d’implantation des éoliennes. Les résultats de ces tests serviront à optimiser l’installation en mer des fondations des éoliennes.

Deux phases de tests ont été organisées. La première fut consacrée à l’installation et la seconde à la résistance du sol. Lors de ces deux phases, des techniciens et ingénieurs ont observé et enregistré les paramètres techniques dans des conditions bien plus faciles que lors d’une installation en mer.

Ces résultats ont été partagés avec les entreprises qui répondent à l’appel d’offres en cours pour la fabrication et l’installation des fondations du futur parc afin qu’elles puissent adapter leurs offres pour répondre au mieux aux enjeux du site d’implantation.

Le 9 novembre 2016, plusieurs associations environnementales ont participé à une visite de ce site de test. Au cours de la journée, l’équipe du projet leur a présenté le programme de tests et les différentes techniques d'installation des fondations. 

Usines General Electric de Saint-Nazaire : c’est du concret !

En octobre dernier, les élus du Conseil départemental ont visité les usines General Electric de fabrication des nacelles et des génératrices des éoliennes Haliade.

Situées sur les bords de l’estuaire de la Loire, à proximité du pont de Saint-Nazaire, ces usines mobilisaient 170 personnes début 2016 et en mobiliseront 300 au plus fort de l’activité qui sera créée par la construction des trois parcs éoliens en mer français, dont celui de Saint-Nazaire.

Campagne de bagage de goélands : des milliers d'individus suivis

Depuis le printemps 2014, une vaste campagne de suivi des goélands a été mise en œuvre en collaboration avec la Ligue de Protection des Oiseaux des Pays de la Loire et de Vendée, ainsi qu’avec l’association Bretagne Vivante.

Ce programme scientifique repose sur le marquage des trois espèces de goélands les plus abondantes au sein de la façade atlantique : les goélands bruns, marins et argentés. Il vise à améliorer les connaissances sur cette espèce très présente dans la région afin d’adapter les mesures environnementales prévues dans l’étude d’impact du projet.

Après 3 années de suivi, 4 045 oiseaux ont pu être bagués dans le Nord Gascogne.

Le bagage des goélands est effectué lors de plusieurs campagnes menées chaque année sur 8 sites situés sur le continent et aussi sur les îlots d’Er Valueg et Er Valant à Houat et Hoëdic (Morbihan), sur le banc de Bilho (Loire-Atlantique) et sur Le Pilier (Vendée).

Les premiers résultats

Entre l’été 2014 et l’été 2016 plus de 5 000 contrôles ont été réalisés. 435 personnes ont fait remonter des observations dans 5 pays : l’Angleterre, la France, l’Espagne, le Portugal, et le Maroc.

Le dynamisme du réseau d’observation est sans équivoque. En France et dans le monde, il existe un réseau de bénévoles qui, lorsqu’ils réalisent des observations, transmettent les informations sur l’oiseau observé à la structure réalisant le programme de baguage.

Si, pour le Goéland argenté et le Goéland marin, la très grande majorité des contrôles a été réalisée en France, le Goéland brun a montré une plus grande dispersion géographique. Cela s’explique par la tendance de cette espèce à effectuer une réelle migration vers des sites d’hivernage situés en Espagne, au Portugal et au Maroc.

A vos jumelles: Comment fonctionne l’identification des goélands ?

 

• Le premier chiffre correspond à l’espèce :

    - 2 pour le goéland argenté
    - 3 pour le goéland brun
    - 4 pour le goéland marin

• Les trois lettres identifient le specimen

Industrie : Les nacelles des premières éoliennes en mer américaines sont « made in France » !

General Electric a finalisé en août 2016 l’installation du premier parc éolien en mer des Etats-Unis, situé au large du Rhode-Island. Ce parc est équipé d’éoliennes Haliade 150, identiques à celles qui seront installées au large de Saint-Nazaire.

Les génératrices et les nacelles des éoliennes, construites par General Electric en France dans ses nouvelles usines de Saint-Nazaire, permettront de fournir l’équivalent de la consommation électrique de 17 000 foyers américains.

Rappelons que la localisation de ces usines en France est un engagement clé du projet industriel ambitieux issu du partenariat entre EDF Energies Nouvelles et General Electric, proposé en 2012 pour la construction des projets éoliens en mer de Fécamp, Courseulles-sur-Mer et Saint-Nazaire. Cette implantation marque la création d’une filière française des énergies marines renouvelables, compétitive à l’export.

Retour sur :

Forum Place Ô Gestes

Nous étions à Saint-Nazaire les 30 novembre et 1er décembre afin de participer pour la 4 ème année consécutive au forum Place Ô Gestes.

L’objectif de ce forum est d’offrir aux élèves, aux jeunes, aux chercheurs d’emploi et à tous ceux qui le souhaitent la possibilité de vivre activement et de manière originale un temps d’orientation ou de réorientation en simulant la pratique des gestes quotidiens.

Durant les deux jours, plus de 140 personnes ont pu découvrir le projet sur notre stand et poser leurs questions sur les métiers de l’éolien en mer aux membres de l’équipe.

Forum des métiers de la communauté de communes Loire et Sillon

Nous étions à Savenay les 13 et 14 janvier pour participer au forum des métiers organisé par la Communauté de Communes Loire et Sillon. Pendant deux jours, près de 80 jeunes ont pu découvrir les métiers de l’éolien en mer.

 

Lettre éditée par la société Parc du banc de Guérande

Retrouvez l’actualité du projet sur http://www.parc-eolien-en-mer-de-saint-nazaire.fr