Activités en Loire-Atlantique

LE PROJET ÉOLIEN EN MER DE saint-nazaire EST AU COEUR D’UN PLAN INDUSTRIEL D’ENVERGURE, CRÉATEUR D’EMPLOIS PÉRENNES.

Des éoliennes fabriquées en France

 

L’éolienne Haliade 150 sera fabriquée en France par General Electric. GE a finalisé le rachat des activités Energie d’Alstom en 2015 et a repris les engagements concernant la création d’usines dédiées à la fabrication des éoliennes à:

  • Saint-Nazaire pour la fabrication des génératrices et des nacelles – l’inauguration de l’usine a eu lieu en décembre 2014.
  • Cherbourg pour la fabrication des pales – la première pierre de l’usine a été posée en mars 2017.

GE a également créé à Nantes un centre d’ingénierie et de R&D (recherche et développement) d’envergure internationale sur les énergies marines renouvelables.

Au total, le plan industriel de GE permettra la création de 5 000 emplois directs et indirects en France.

Site d’assemblage des éoliennes à Saint-Nazaire

 

Les différents composants des éoliennes seront acheminés par voie maritime sur le port de Saint-Nazaire pour y être pré-assemblés avant leur transport en mer. Ce site de construction à terre, appelé « hub logistique », permettra de limiter le nombre d’opérations en mer.

Exploitation et maintenance à La Turballe

 

Le port de La Turballe a été retenu comme port de base pour les activités d’exploitation et de maintenance du parc éolien, qui seront exercées pendant l’ensemble de la durée de vie du projet, soit 25 ans.

Au total, une centaine d’emplois directs sont concernés sur la durée de vie du parc éolien en mer. Les activités de maintenance font appel à des compétences variées : techniciens de maintenance, équipages de navire, personnel administratif et d’entretien, coordinateurs des activités et de logistique, etc.

Ces opérations sur le port de La Turballe généreront de l’activité pour les entreprises locales aussi bien pour la maintenance des navires (accastillage, charpente navale, peinture, mécanique, carburant, etc.) que pour le fonctionnement de la base (entretien des locaux, gardiennage, restauration, etc.).

Le recrutement du personnel sera réalisé au moment de la mise en service de la base de maintenance, à horizon 2022.

Certaines fonctions nécessiteront une formation spécifique qui pour certaines sont dispensées dans la Région.